Il s’est exprimé le plus démocratiquement, en participant au référendum organisé par son gouvernement.

Nous avions indiqué, avant le vote, que la consultation du peuple grec était légitime. Et que quel que soit le résultat, l’effectivité de l’accès aux droits devrait être au centre des décisions européennes.

 La LDH a participé au rassemblement unitaire qui s’est déroulé dimanche dernier à 11h, et qui a rassemblé plus de 300 personnes enthousiastes, en soutien à la dignité, mais aussi aux souffrances sociales de la majorité des grecs.

Alors que les institutions débattent entre elles d’un réaménagement sur des décennies des délais de remboursement de la dette de la Grèce, pour nous, c’est sans délai que les créanciers de la Grèce doivent faire des propositions qui permettent de rétablir l’accès effectif aux droits fondamentaux tels que la santé, un revenu décent… en arrêtant d’exiger des ajustements sociaux, violents et destructeurs.

 C’est ce que nous attendons des institutions européennes. Maintenant.