Article paru dans l’Indépendant du 4 mars 2018les-chevilles-ouvrieres-de-l-evenement-reunies-autour-d-une_1070804_657x438p

Calçotada à Alénya : une tradition importée pour soutenir les sans-papiers

Ce dimanche, la calçotada organisée par le comité de soutien aux sans-papiers a réuni plus de 200 personnes au parc Ecoiffier d’Alénya. Le repas, constitué comme son nom l’indique d’oignons tendres grillés (calçots) et de leur sauce typique, affichait complet. Les organisateurs ont même été obligés de refuser du monde.

« La calçotada est une tradition d’importation, rappelle l’un des membres du comité de soutien, Pere Manzanares. Elle vient de la région de Valls, près de Tarragone (Catalogne Sud) et est arrivée dans les Pyrénées-Orientales il y a environ 35 ans à l’initiative de l’association Arrels. »

  • Une marche pour les migrants le 17 mars à Perpignan

Au-delà de son caractère éminemment festif, le principal objectif de la calçotada restait de récolter des fonds pour venir en aide aux sans-papiers (règlement des honoraires d’avocats, etc.). Selon Pere Manzanares, les bénéfices de l’événement devraient s’élever à environ 2000 euros.

En tout, les Pyrénées-Orientales recenseraient une centaine de sans-papiers déboutés du droit d’asile. Le comité réclame leur régularisation, ainsi que des logements décents pour les demandeurs d’asile. Ses membres organiseront le samedi 17 mars, en début d’après-midi, une grande marche à Perpignan  autour de ces mots d’ordre et pour s’opposer au nouveau projet de loi sur l’immigration, qu’ils assimilent à une véritable « machine de guerre contre les migrants et les réfugiés ».

Calçotada mars 2018 - l'Indépendant.jpg

–> lien sur article avec vidéo

http://www.lindependant.fr/2018/03/04/calcotada-une-tradition-importee-pour-soutenir-les-sans-papiers,3099465.php